Les smartphones et tablettes Huawei sortis après le 16 mai 2019 ne peuvent plus être certifiés par Google, à cause d'une décision du gouvernement américain. Résultat : Google ne fournit plus ses nombreuses apps (Play Store, YouTube, Gmail...) aux appareils. Si les utilisateurs veulent quand même les installer, ils doivent les télécharger à partir de sources tierces, au risque de tomber sur des versions malveillantes. Google ne veut pas être légalement tenu responsable des dommages.

Le 16 mai 2019, le gouvernement américain plaçait Huawei sur une liste noire. Il coupait ainsi le constructeur chinois de ses partenaires américains. Un terrible coup pour Huawei, puisque leurs smartphones et tablettes fonctionnaient sous Android, le système d’exploitation de Google, et s’appuyaient sur son parc d’applications (Gmail, YouTube, Maps…) en plus de l’indispensable Google Play Store.

Avec l’arrivée des nouveaux smartphones de Huawei, Google a fait un bilan de la situation sur sa plateforme de service client Android Help : « À cause des restrictions gouvernementales, les applications et services de Google ne sont pas disponibles en preload (ce qui veut dire qu’elles ne sont pas installées sur les appareils à la sortie d’usine), ni en sideload (ce qui veut dire qu’elles ne sont pas installables une fois l’appareil en main)  ».

Les utilisateurs de smartphones Huawei sortis après le 16 mai 2019, peuvent tout de même télécharger des versions non officielles des applications de Google, à partir de sources tierces. Mais ils s’exposent alors au risque d’obtenir des versions falsifiées, qui pourraient par exemple contenir des logiciels espions ou du code malveillant. Et en cas de problème, Google ne pourra pas être tenu responsable.

Huawei a subi les conséquences de la guerre commerciale sino-américaine. // Source : Open Grid Scheduler

Huawei est exclu du processus de sécurité de Google

Google donne la certification «  Play Protect » aux appareils de ses partenaires. Elle signifie que Google lui-même a examiné l’appareil pour juger son niveau de sécurité. L’obtention de ce label est une condition exclusive pour installer les versions officielles des apps de Google sur l’appareil. Elle concerne donc Google Play Store, mais aussi les applications comme Gmail, YouTube, ou encore Google Maps. Ce n’est pas tout : les smartphones examinés par ce processus de sécurité sortent de l’usine avec le logiciel Google Play Protect, protection contre les malwares. Avec ce label, Google engage sa responsabilité sur les mises à jour et les problèmes liés à ses applications.

Pour les appareils qui ne disposent pas de la certification — le plus souvent des petites marques très peu connues — il reste la possibilité de télécharger les logiciels, issus de sources tierces.

Un avant et un après mai 2019

Aujourd’hui, le parc de smartphones Huawei se divise donc en deux :

  • Les appareils sortis avant le 16 mai 2019, qui ne sont pas affectés par le changement de loi. Ils disposent du logiciel et de la certification Play Protect, et Google continue de travailler avec le constructeur chinois sur les dernières mises à jour de sécurité des apps Google.
  • Les appareils sortis après le 16 mai 2019, comme le Huawei Mate Xs, annoncé aujourd’hui à Barcelone. Il utilisera Android 10 comme système d’exploitation, mais n’a pas pu demander la certification Play Protect à cause des restrictions commerciales. Sans ce cachet, il n’aura pas la palette de logiciels de Google, ni son logiciel de sécurité. Pour l’équiper des apps de Google, il faudra donc passer par des sources tierces. Elles ne fonctionneront probablement pas correctement, et pourraient contenir des logiciel malveillants. Et surtout, Google insiste : il ne serait pas responsable.

Huawei construit son propre écosystème d’application, et a les moyens humains et financiers pour le faire correctement. Si vous achetez un nouveau smartphone Huawei, mieux vaut compter sur leurs propres applications que prendre le risque d’y installer les apps de Google.

Crédit photo de la une : Numerama

À propos d'ExpressVPN

ExpressVPN, annonceur exclusif de Cyberguerre, est un fournisseur de VPN premium. Il dispose de milliers de serveurs sécurisés répartis à travers le monde, permettant de délocaliser son adresse IP et de contourner les géoblocages. ExpressVPN ne conserve aucune trace de l'activité des utilisateurs. Son application de VPN, disponible sur ordinateur, mobile et routeur, est l'une des plus avancées du marché.

Plus d’informations sur la solution VPN d'ExpressVPN

Partager sur les réseaux sociaux