Le ministère de la défense sud-coréen a vu une dizaine de ses postes de travail compromis par des attaquants... venus du Nord ?

Le Dong-A Ilbo, quotidien sud-coréen, rapporte, dans son édition anglophone, que le bureau en charge de l’approvisionnement militaire au ministère de la défense sud-coréen, a subi une grave attaque informatique. Le ministère parle d’une dizaine de postes compromis par des attaquants.

L’attaque a permis aux assaillants de récupérer des informations sur les prochaines commandes et les distributions de matériels de l’armée coréenne. Le ministère fait néanmoins savoir qu’aucune information confidentielle n’a été compromise lors de l’attaque. C’est le 4 octobre dernier que l’opération a eu lieu selon le quotidien. Trente ordinateurs ont d’abord été touchés et seulement dix ont finalement livré des informations à l’attaquant.

Dongdaemun Design Plaza, Seoul, 2016 Bistronome

L’attaque a été repérée par les services de renseignement, le National Intelligence Service, à la fin octobre et a depuis été arrêtée. C’est un parlementaire, Lee Jong-myung (Parti de la liberté de Corée), membre de la commission de défense qui a rendu publique l’attaque. Ce dernier a exprimé auprès du Dong-A Ilbo son souhait de voir l’enquête être approfondie alors que l’attaque fait partie d’une désormais large collection d’incidents qui affectant les institutions sud-coréennes.

Les services coréens n’ont pas encore attribué l’attaque même si M. Lee évoque déjà la piste nord-coréenne. Cette dernière doit encore être éclaircie par l’enquête. Au sein du Parti de la liberté de Corée, le sujet des attaques d’octobre est devenu majeur : le même jour que trente postes étaient infectés au ministère de la Défense, Baek Seung-joo, parlementaire du parti, subissait une attaque informatique à l’encontre sa messagerie électronique.

Partager sur les réseaux sociaux