C'est une bonne nouvelle, mais en demi-teinte. Google a décidé de mieux réguler les « stalkerwares », ces apps d'espionnage utilisées par des conjoints abusifs. Cependant, il laisse une faille évidente dans son nouveau règlement, dans laquelle les développeurs vont pouvoir s'engouffrer.

C’est un petit pas pour les cibles de violences conjugales. Dans une mise à jour de la politique d’utilisation de son Play Store publiée le 16 septembre, Google vise directement les stalkerwares, ces apps qui permettent de suivre discrètement les faits et gestes de son ou sa partenaire. Google bannissait déjà certains stalkerwares au cas par cas, au gré des signalements. Mais il dicte désormais des règles précises pour empêcher les dérives, auxquelles les développeurs devront se plier avant le 1er octobre, sous peine d’un bannissement du Store. Si Google vérifie le respect de ses nouvelles exigences, les stalkerwares seront bien moins nombreux, et surtout moins dangereux.

Google bannira les apps qui ne se sont pas pliées à ses nouvelles règles dès le 1er octobre. // Source : Louise Audry pour Numerama

Enfin, en théorie.

Car dans le même temps, le géant de la tech laisse un moyen évident de contourner ce nouveau règlement, comme le remarque ZDNet : il autorise les apps de tracking destinées aux enfants à utiliser les mêmes ficelles que les stalkerwares. Ces dernières n’auront donc qu’à se présenter comme apps de surveillance d’enfants pour valider les nouvelles exigences du Play Store…

Les stalkerwares ne pourront plus de présenter comme tels

Un stalkerware, au sens de Google, présente une caractéristique principale : il transmet des informations personnelles (données GPS, messages, appels…) collectées sur le smartphone vers l’extérieur, sans que l’utilisateur en soit clairement averti, et sans notification. L’utilisateur ou l’utilisatrice peut donc être espionné sans s’en douter.

Dans son nouveau règlement, l’entreprise précise : « les formes acceptables de ces apps peuvent être utilisées par les parents pour pister leurs enfants. Cependant, ces apps ne peuvent pas être utilisées pour pister une personne (un époux, par exemple) sans qu’il ne le sache et sans leur permission, à moins qu’une notification persistante soit affichée quand les données sont transmises. »

Stalkerwares pour enfant, ou stalkerwares désarmés

Concrètement, s’ils veulent être acceptés sur le Play Store, les éditeurs de stalkerwares ne pourront plus présenter leur app comme un outil de surveillance de son épouse ou de son petit ami, comme ils le faisaient jusqu’à aujourd’hui. La majorité d’entre eux jouaient sur la peur de l’infidélité pour vendre leur produit.

Désormais, ils pourront seulement présenter leur logiciel comme une application de surveillance parentale.  Ensuite, si leur app n’est pas clairement destinée aux enfants, ils devront afficher clairement une icône lors de l’extraction des données, pour que l’utilisateur ou l’utilisatrice du smartphone en soit conscient. L’app devra également demander le consentement de l’utilisateur pour lancer le suivi.

Crédit photo de la une : Louise Audry pour Numerama.

À propos d'ExpressVPN

ExpressVPN, annonceur exclusif de Cyberguerre, est un fournisseur de VPN premium. Il dispose de milliers de serveurs sécurisés répartis à travers le monde, permettant de délocaliser son adresse IP et de contourner les géoblocages. ExpressVPN ne conserve aucune trace de l'activité des utilisateurs. Son application de VPN, disponible sur ordinateur, mobile et routeur, est l'une des plus avancées du marché.

Plus d’informations sur la solution VPN d'ExpressVPN

Partager sur les réseaux sociaux